Trompe-l’oeil


 Trompe-l'oeil et Natures mortes

Plusieurs centaines d'heures sont nécessaires à la réalisation d'un trompe-l’œil qui exige une technique exigeante, éprouvée et utilisée par les plus grands peintres de la Renaissance. La création se fait alors en plusieurs étapes :

  1. La première étape consiste à réaliser un dessin extrêmement précis au fusain en tenant compte des ombres et des lumières.
  2. L'étape suivante est celle du lavis qui est une sous-couche diluée à l'essence de térébenthine mettant en place les valeurs du sujet.
  3. Vient ensuite l'étape de la peinture au médium plus en pâte permettant un travail plus élaboré des couleurs.
  4. Au final, ce sont les glacis successifs qui suggèrent les effets d'espace et de profondeur si caractéristiques aux trompe-l’œil.

Des règles impératives s'imposent également à l'art du trompe-l’œil :

  1. Le sujet doit être inanimé, peint à grandeur réelle, et en entier afin que l'illusion soit parfaite.
  2. Les cadres et la signature doivent participer à l'illusion du trompe-l’œil en faisant partie intégrante de l'œuvre.